Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
coiffure etienne comprendre et rendre plus beau vos cheveux.

A savoir

Etquin

C’est dans l’air

 

Le naturel va l’emporter

Le problème reste….comment ?

 

Faut il un accident avant l’intervention ?

Faut il  que le problème soit déjà bien avancé avant que l'on comprenne sa gravité ?

 

L’homme à en plus un grand handicap,

C’est qu’il doit passer par l’expérience lui-même avant de comprendre ce que d’autres ont vécu avant lui.

 

Tant que la nature était respectée et la matière n’était pas encore chimiquement transformée il n’y avait pas de danger majeur pour l’ensemble de la création terrestre.

 

Aujourd’hui, l’homme est confronté à son propre piège.

 

Lavoisier « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme…. »  a oublié une chose, il me semble. « … Mais méfier vous de l’homme ! »

C’est que l’homme est capable de détourner les lois. La matière transformée par l’homme ne retrouve plus le chemin du retour et est devenue in-recyclable !

 

Son expérience ancestrale est bouche-bé. No Solution. Face au mur. Pas de retour. Et ça continue. En solution nous avons trouvé de jeter les produits toxiques dans l’océan, de remplir les cavités terrestres, de polluer l’air par ces gaz toxiques ?

 

Les colorations chimiques vont  faire rougir… de gène?

De plus en plus d’articles alarmants essayent de faire une ouverture.

 

Comprennent, ceux qui subissent déjà.

D’autres relativisent.

 

Et le bon sens dedans ?

 

Pourquoi faire subir à la matière un chemin unique et non recyclable.

Pourquoi ne pas trouver une solution équilibrée, juste, avec de bons résultats ?

 

Les solutions ne sont certainement pas comme la mode et les marques puissantes l’imposent

Mais peut-être comme la nature le souhaite

Comme le bon sens l’imagine.

 

Je vous laisse imaginer une solution

Hé ! Tenez-moi au courant.

 

Entre temps, voici encore quelques articles qui me font réfléchir…




revue "pratiques de santé" (le journal de la médecine naturelle) n°85 dec 2008 et n°84 nov 2008
























Commentaires